lundi 21 mai 2012

Classification des locomotives à vapeur

Il existe plusieurs types de classification des locomotives à vapeur en fonction du pays.

La classification française prend en compte le nombre d'essieux.

Pour les locomotives simplex, il s'agit d'un nombre à 3 chiffres commençant par le nombre d'essieux porteurs sur bissel ou bogie, ensuite les essieux moteurs, enfin la seconde série d'essieux porteurs sur bissel ou bogie.
Dans le cas ou un des trois éléments est absent, un zéro est employé (ex : 030)

Pour les locomotives duplex, il s'agit d'un nombre de 4 à 6 chiffres. Le premier indique le nombre d'essieux porteurs avant ; le dernier le nombre d'essieux porteurs arrières et les numéros du milieu indiquent le nombre d'essieux moteur de chaque ensemble.

Dans le cas des locomotive tender, un T est ajouté derrière la numérotation

Quelques exemples :

Type 141T


Type 040




La classification suisse reprend le nombre d'essieux moteur puis le nombre d'essieux total, séparés par "/".
Une 040 sncf est en suisse une 4/4, de même une 231 sncf est en suisse une 3/6.
Comme en France, un T suit le numéro de classe dans le cas d'une locomotive tender.
Le système suisse est une simplification du système de classification turque.

La classification turque comme la suisse reprend le nombre d'essieux moteur puis le nombre d'essieux total, mais sans séparateur. En fonction du nombre d'essieux moteur (< ou > à 9) et du nombre d'essieux total
 (< ou > à 9) le numéro de classification peut comprendre 3 ou 4 chiffre .

La classification UIC  issue des systèmes utilisés sur les machines à vapeur en Allemagne, Italie, Yougoslavie  et un majorité de pays est-européen, elle comprend généralement 3 chiffres ou lettres.
Le premier chiffre indique le nombre d'essieux porteurs avant, un lettre majuscule indique le nombre d'essieux moteur (A=1 , B=2 , C=2 , D=4 , E=5), le dernier chiffre indique le nombre d'essieux porteurs arrières. En cas d'absence d'essieux porteurs, il n'y a pas d'indication (pas de zéro)
Une locomotive 040 selon la classification française devient en classification UIC une locomotive de type D.
Une locomotive 231 selon la classification française devient en classification UIC une locomotive de
 type 2C1


Enfin, et c'est ce qui va le plus concerner ce réseau, la classification américaine ou classification Whyte.
Utilisée sur tout le continent américain, mais aussi dans la plupart des pays anglo-saxon et en Espagne, elle est proche du système français à la différence qu'au lieu de prendre en compte le nombre d'essieux, c'est le nombre de roues qui est comptabilisé.

Ex: 040 sncf devient aux USA 0-8-0
      231 sncf devient aux USA 4-6-2

La lettre T est ajoutée à la fin du numéro pour les locomotives tender.
Le type de tender ou de réservoir peut aussi être identifié par un système de lettres "S" (saddle), "P" (pannier), "W" (well).
Les locomotive à crémaillère reçoivent la lettre "R" (rack)


Source : Wikipedia


 Des surnoms sont également attribués à certains modèles. En voici quelques exemples :

4-4-2         American



2-4-0         Porter

(Source : http://www.steamlocomotive.info/F22004.cfm )


2-4-2         Columbia



4-4-2         Atlantic
(Source : http://boards.core77.com )


2-6-0         Mogul
(Source : http://www.flickr.com/photos/davetoussaint/3399704999/ )


2-6-2         Prairie


4-6-2         Pacific
(Source : http://www.flickr.com/photos/alcomike/6899382429/ )

Sans oublier la célèbre 4-8-8-4  BIG BOY
(Source : http://jhg162.deviantart.com/art/BIG-BOY-90971175 )

Une dernière photo, une 0-6-0 Switcher, locomotive de manoeuvre avec son tender spécialement conçu pour permettre à l'équipe de conduite d'avoir une meilleur vision lors des accrochages/décrochages de wagons